Cours de philosophie

Programme de terminale

Citations

La philosophie

C’est une chose extraordinaire que toute la philosophie consiste dans ces trois mots : « Je m’en fous ». (Montesquieu, Mes pensées)

Se moquer de la philosophie, c’est vraiment philosopher. (Pascal)

Toute la philosophie n’est fondée que sur deux choses : sur ce qu’on a l’esprit curieux et les yeux mauvais. (Fontenelle)

Ils [les premiers philosophes] poursuivaient le savoir en vue de leur seule connaissance et non pour une fin utilitaire. (Aristote)

L’utilité pratique, il est vrai, n’est pas le fait de la philosophie. (Russell)

Philosopher, c’est apprendre à mourir. (Montaigne)

La philosophie ne consiste-t-elle pas, après tout, à faire semblant d’ignorer ce que l’on sait et de savoir ce que l’on ignore ? (Paul Valéry)

J’aime les paysans, ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers. (Montesquieu)

La vérité existe, on n’invente que le mensonge.

L’une des meilleures façons de paraître intelligent est de faire en sorte de n’être compris par personne. (J. M. Roth)

Si vous m’avez compris, c’est que je me suis mal exprimé.

Toute la philosophie n'est qu'une poésie sophistiquée. (Montaigne)

Le désir

Sometimes a cigar is just a cigar. (Freud)

L’amour, c’est offrir quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas. (Lacan)

Belle comme la femme d’un autre.

Il y a des gens qui n’auraient jamais été amoureux, s’ils n’avaient jamais entendu parler de l’amour. (La Rochefoucauld, Maximes, § 136)

Il tourne dans le cercle étroit de ses plaisirs, comme un jeune chat jouant avec sa queue. (Goethe, Faust, La cave d’Auerbach à Leipzig)

Les étoiles, on ne les désire pas. (Goethe)

Le bonheur

La Béatitude n'est pas la récompense de la Vertu, mais la Vertu même.
Spinoza, Ethique, V
Toute notre félicité et notre misère dépendent de la qualité de l’objet que nous aimons. Ainsi l’amour d’une chose éternelle et infinie nourrit l’âme d’une joie sans mélange et sans tristesse.
Spinoza, Traité de la réforme de l'entendement
Que la mort soit devant tes yeux chaque jour.
Epictète, Manuel, XXI
Ne cherche pas à ce que les événements arrivent comme tu veux, mais veuille que les événements arrivent comme ils arrivent, et tu seras heureux.
Epictète, Manuel, VIII
L’homme libre ne pense à rien moins qu’à la mort et sa sagesse est une méditation non de la mort mais de la vie.
Spinoza, Ethique, IV, prop. 67
Un souvenir heureux est peut-être sur terre plus vrai que le bonheur
Alfred de Musset
Tous les hommes recherchent d’être heureux ; cela est sans exception ; quelques différents moyens qu’ils y emploient, ils tendent tous à ce but.
Pascal, Pensées, § 425
Le premier des musiciens serait à mes yeux celui qui ne connaîtrait que la tristesse du plus profond bonheur, et nulle autre tristesse : il n’en exista pas de tel jusqu’à présent.
Nietzsche, Le Gai savoir, § 183

Les femmes (et les hommes)

La femme est la marchandise suprême, celle qui fait vendre toutes les autres.
Un ami
Toutes les femmes finissent par ressembler à leur mère : c’est leur drame. Et aucun homme ne devient comme son père : c’est sa tragédie.
Oscar Wilde
Les femmes ne recherchent pas le bel homme. Les femmes recherchent l’homme qui a eu de belles femmes.
Kundera, Le Livre du rire et de l’oubli
Das Ewig-Weibliche zieht uns hinan.
L'éternel féminin nous tire vers le haut.
Goethe

Le stoïcisme

On ne peut diriger le vent mais on peut y ajuster nos voiles.

La conscience

Et je ne sais plus tant je t'aime
Lequel de nous deux est absent (Paul Eluard)

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. (Rabelais)

Pensée fait la grandeur de l'homme. (Pascal)

La liberté

Si Dieu n’existe pas, tout est permis. (Dostoïevski)

Ma liberté s’arrête là où commence celle d’autrui.

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. (DDHC, art. 4)

L’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté. (Rousseau)

L’homme est né libre et partout il est dans les fers. (Rousseau)

La liberté ou la mort !

J’ai appris moi aussi que j’avais peur de la liberté. Vive donc le maître, quel qu’il soit, pour remplacer la loi du ciel. (Camus, La Chute)

Il est plus facile d’être esclave que maître. (Hegel)

Autrui

Tous les hommes se haïssent naturellement l’un l’autre. (Pascal, Pensées, § 451)

L’homme est un loup pour l’homme. (Hobbes)

L'homme est un Dieu pour l'homme. (Spinoza)

La politique

La dictature c'est « ferme ta gueule », la démocratie c'est « cause toujours ».

J'ai une baraque aux Bahamas. (Mon frère, suite aux élections américaines)

« Un jour que le père Nicanor s’en vint le voir sous son châtaigner avec un damier et une boîte de jetons pour le convier à jouer aux dames avec lui, José Arcadio Buendia ne voulut point accepter car, lui dit-il, jamais il n’avait pu comprendre quel sens pouvait revêtir un combat entre deux adversaires d’accord sur les mêmes principes. » (Gabriel García Márquez, Cent ans de solitude, trad. C. Durand, Editions du Seuil, p. 94)

La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens. (Clausewitz)

La politique est la continuation de la guerre par d’autres moyens. (Foucault)

Ce qui fait de l’Etat un enfer, c’est que l’homme essaie d’en faire un paradis. (Hölderlin)

L'histoire

Life is a tale told by an idiot, full of fury and signifying nothing. (Shakespeare)

La femme est l’avenir de l’homme. (Aragon)

Rien de nouveau sous le soleil. (Bible, Livre de l’ecclésiaste)

La frontière qui sépare l’histoire de la science n’est pas tant celle du contingent et du nécessaire que celle du tout et du nécessaire. (Paul Veyne)

Ce sont les hommes qui font l’histoire, mais ils ne savent pas l’histoire qu’ils font. (Raymond Aron)

Certains souffrent d'une déformation masochiste de la mémoire. (Kundera)

L’enjeu véritable n’est pas l’avenir mais le passé : nous voulons le modifier en fonction de nos goûts. On ne veut être maître de l’avenir que pour pouvoir changer le passé. (Kundera)

La morale

…sans même parler des méchants qui sont heureux, espèce que les moralistes passent sous silence. (Nietzsche, Par-delà bien et mal, § 39)

Les méchants ont sans doute compris quelque chose que les bons ignorent. (Woody Allen)

La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie. (André Malraux, repris par Alain Souchon)

...la pesanteur de l’indignation morale, signe certain, chez un philosophe, que l’humour philosophique l’a quitté. (Nietzsche, Par-delà bien et mal, § 25)

Connais-toi toi-même. (inscription du temple de Delphes)

Nous aurions souvent honte de nos plus belles actions si le monde voyait tous les motifs qui les produisent. (La Rochefoucauld)

Je vois le meilleur et je l’approuve, je fais le pire. (Ovide)

J’aime mieux une vie commode qu’une fatigante vertu. (Molière, Amphitryon)

Le comble de l’orgueil, c’est de se mépriser soi-même. (Flaubert)

Le ciel étoilé au-dessus de moi, la loi morale en moi. (Kant)

Si nous n’avions point de défauts, nous ne prendrions pas tant de plaisir à en remarquer dans les autres. (La Rochefoucauld)

L’honneur, c’est comme les allumettes : ça ne sert qu’une seule fois. (Mon grand-père)

La culture

La culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié. (attribué à Edouard Herriot)

Cultura animi filosofia est. » (La philosophie est la culture de l’âme.) (Cicéron)

Chassez la nature avec une fourche, elle reviendra toujours en courant. (Horace, Epîtres, I, 10)

Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver. (Goebbels)

La culture, c’est comme la confiture. Moins on en a, plus on l’étale.

Le travail

Il faut travailler, sinon par goût, au moins par désespoir, puisque, tout bien vérifié, travailler est moins ennuyeux que s’amuser. (Charles Baudelaire, Mon cœur mis à nu)

Regardez-vous ! Voilà ce que c’est que de travailler pour de l’argent. Et c’est pour de l’argent que vous avez travaillé jusqu’ici ! Regardez Tavershall ! C’est horrible !… C’est parce qu’il a été construit pendant que vous travailliez pour de l’argent. (…) Si on pouvait seulement leur dire que vivre et dépenser ne sont pas la même chose ! Mais cela ne sert à rien. Si seulement on les avait élevés à sentir, au lieu de gagner et de dépenser, ils se tireraient très bien d’affaire avec vingt-cinq shillings. (…) Voilà le seul moyen de résoudre le problème industriel : enseigner au peuple à vivre, et à vivre en beauté, sans avoir besoin de dépenser de l’argent. Mais c’est impossible. Il n’y a plus aujourd’hui que des intelligences bornées. Tandis que la masse du peuple ne devrait même pas essayer de penser, parce qu’elle en est incapable. Elle devrait être vivante et fringante et n’adorer que le Grand Pan. Lui seul sera toujours le dieu de la masse. L’élite peut s’adonner, s’il lui plaît, à des cultes plus élevés. Mais la masse reste à jamais païenne. » (D. H. Lawrence, L’Amant de Lady Chatterley, chap. XIX)

L'art

Le poète trouble son eau pour la faire paraître profonde. (Nietzsche)

Le poète mène triomphalement ses idées dans le char du rythme : car d’ordinaire celles-ci ne sont pas capables d’aller à pied. (Nietzsche, Humain, trop humain, I, 189)

L’art favorise la vie en rendant l’horreur sublime et l’absurde comique. (Nietzsche)

La forme, c’est le fond qui remonte à la surface. (Victor Hugo)

La beauté est une promesse du bonheur. (Stendhal, De l’amour)

Les abrutis ne voient le beau que dans les belles choses.

Tout ce qui est utile est laid. (Théophile Gautier)

Mettez-vous dans la tête qu’on ne fait pas de progrès. (Picabia)

Il n’y a pas de solution car il n’y a pas de problème. (Marcel Duchamp)

La situation étant désespérée, tout est maintenant possible. (John Cage)

Le nouveau n’est pas nouveau. (Ben)

Le secret d’ennuyer est celui de tout dire. (Voltaire)

Ce que le public te reproche cultive-le, c’est toi. (Cocteau)

Il y a un autre monde, mais il est dans celui-ci. (surréalistes)

J’aime une chose simple mais elle doit être simple par le biais d’une complication. (Gertrude Stein)

La terre est bleue comme une orange. (Eluard)

Comprendre une œuvre d’art, c’est mesurer exactement les raisons qui nous la rendent inintelligible à jamais.

Ce n’est point avec des idées que l’on fait des vers… C’est avec des mots. (Mallarmé)

Le goût – bon ou mauvais – est une habitude. (Marcel Duchamp)

La différence entre un fou et moi, c’est que moi je ne suis pas fou.
La différence entre les surréalistes et moi, c’est que moi je suis surréaliste. (Dalí)

Avec Dieu, tout est permis. (Deleuze)

Au royaume du kitsch s’exerce la dictature du cœur. (Kundera)

Le critique ne doit apprécier le résultat que suivant la nature de l’effort ; et il n’a pas le droit de se préoccuper des tendances. (Maupassant, Pierre et Jean, Préface : « Le roman »)

C’est Richepin qui a dit quelque part : L’amour de l’art fait perdre l’amour vrai. Je trouve cela terriblement juste, mais à l’encontre de cela, l’amour vrai dégoûte de l’art. (Van Gogh, lettre à Théo, été 1887)

Bien des grands auteurs du passé ont survécu à des siècles d’oubli et d’abandon, mais c’est encore une question pendante de savoir s’ils seront capables de survivre à une version divertissante de ce qu’ils ont à dire. (Arendt)

A la vérité « l’Art » n’a pas d’existence propre. Il n’y a que des artistes. (Gombrich)

Rien n’est beau que le vrai, le vrai seul est aimable. (Boileau, cité par Schopenhauer)

Du sublime au ridicule il n’y a qu’un pas. (Thomas Payne et Victor Hugo)

Le premier qui compara la femme à une rose était un poète, le second un imbécile. (Gérard de Nerval)

La religion

Dieu est mort ! (Nietzsche)

Au commencement était le verbe. (Ancien Testament)

Aime ton prochain comme toi-même. (Nouveau Testament)

Rendez à César ce qui est à César, à Dieu ce qui est à Dieu. (Nouveau Testament)

Dieu sonde les cœurs et les reins. (Nouveau Testament, Psaumes de David, 7. 10)

La seule excuse de Dieu, c’est qu’il n’existe pas. (Stendhal)

Si Dieu n’existait pas, il faudrait l’inventer.

« Je n’ai aucun besoin d’un Dieu que je comprends. » (cité par Jean Bottéro)

« Creo quia absurdum. » (Je le crois parce que c’est absurde.) (Scolastiques)

« La religion et l’humour sont incompatibles. » (Kundera, Les Testaments trahis, I)

La religion est l'opium du peuple. (Marx)

Le langage

« Parler d’amour, c’est faire l’amour. » (Balzac, Physiologie du mariage)

« Elle s’irritait contre cette manie de tout mettre en mots. Les violettes étaient les paupières de Junon et les anémones des épouses inviolées. Comme elle détestait les mots qui se mettaient toujours entre elle et la vie : c’étaient eux les violateurs, ces mots tout faits qui suçaient la sève des choses vivantes. » (D. H. Lawrence, L’Amant de Lady Chatterley, chap. VIII)

« Je dis : une fleur ! et, hors de l’oubli où ma voix relègue aucun contour, en tant que quelque chose d’autre que les calices sus, musicalement se lève, idée même et suave, l’absente de tous bouquets. » (Mallarmé)

« la perversité conférant à jour comme à nuit, contradictoirement, des timbres obscurs ici, là clair » (Mallarmé)

« L’ineffable c’est la pensée obscure, la pensée à l’état de fermentation, et qui ne devient claire que lorsqu’elle trouve le mot. » (Hegel)

« Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, / Et les mots pour le dire arrivent aisément. » (Nicolas Boileau, L’art poétique, chant I)

FAUST : Il est écrit : Au commencement était le Verbe ! Voici déjà que j’achoppe ! Qui m’aidera à poursuivre ? Je ne puis à aucun prix estimer si haut le Verbe. Il faut le traduire autrement, s’il est vrai que l’Esprit m’éclaire. Il est écrit : Au commencement était la Pensée. Considère bien la première ligne, que ta plume ne se précipite pas ! Est-ce la Pensée qui opère et produit tout ? Il faudrait mettre : Au commencement était la Force. Mais au moment même où je note ceci, quelque chose m’incite à ne pas en rester là. L’Esprit me secourt ! Tout à coup, je vois que faire et j’écris d’une main assurée : Au commencement était l’Acte. (Johann Goethe, Faust, Cabinet d’étude (trad. Amsler))

La matière et l'esprit

« Être et penser sont le même. » (Parménide)

« Il n’y a point d’objet sans un sujet : tel est le principe qui condamne à tout jamais le matérialisme. Des soleils et des planètes sans un œil pour les voir, sans une intelligence pour les connaître, ce sont des paroles qu’on peut prononcer, mais qui représentent quelque chose d’aussi intelligible qu’un "morceau de fer en bois". » (Schopenhauer)

« La partie qui raisonne en nous est nécessairement spirituelle : car il n’y a rien de si inconcevable que de dire que la matière se connaît soi-même. » (Pascal)

« Il est plus extravagant de dire qu’une chose inerte agit sur l’esprit que de dire qu’un esprit est cause de tout. » (Berkeley)

« Il me semble que là où il n’y a plus d’êtres sentants ni pensants, il n’y a plus rien qui soit. » (Lichtenberg)

Forum      Contact

Il y a actuellement 9 visiteurs connectés sur ce site ! C'est le rush.

© Jean Paul - Tous droits réservés