Cours de philosophie

Programme de terminale

Méthode infaillible pour la dissertation de philo

La première cause de l'échec des élèves en philosophie (et ailleurs !), c'est qu'ils ne comprennent pas la méthode. Ils ne savent pas ce qu'ils doivent faire. Difficile, dans ces conditions, de le faire, et de le faire bien !

Pour fêter la rentrée, et pour lutter contre ce problème, voici le Graal que vous cherchez tous : une méthode qui vous permettra d'avoir une bonne note à la dissertation de philosophique ! Avec tous les trucs que les profs de philo ne veulent jamais dire, mais qui sont pourtant vrais, et qui sont même la clé du succès...

Alors je sais, tout le monde vous dira qu'« il n'y a pas de méthode infaillible », etc. Mais ce n'est pas vrai. Il y a bien une, et une seule, méthode, car il y a un, et un seul, exercice, avec ses codes à respecter. Voici donc ce qu'il en est :

Contrairement à beaucoup de matières purement scolaires, la philosophie est une discipline où l'on voudrait que les élèves « pensent par eux-mêmes ». Seulement voilà, soyons honnêtes, il est impossible d'évaluer et de noter la « pensée » d'une personne. Du coup, l'épreuve de philosophie est surtout une sorte de contrôle de connaissance. Vous devez (1) connaître des arguments philosophiques et (2) savoir les intégrer dans une réflexion.

Prenons un exemple. La disseration philosophique tient toujours en une question courte, par exemple :

Dépend-il de nous d'être heureux ?

(Sujet du bac 2010 en séries S)

Face à un tel sujet,

Et voilà, c'est terminé. :D

A partir de là, ce qui déterminera votre note, c'est essentiellement le nombre et la qualité des arguments développés. C'est aussi bête que ça. Trois grosses idées bien développées, avec exemples et tout = pas mal de points.

Autrement dit, une fois que vous avez compris le mécanisme, le jeu est d'en faire beaucoup.

Avec ces idées en tête vous ne pouvez pas trop vous tromper. Le principal danger qui vous guette est que votre copie ressemble à un « catalogue d'idées » : « Selon Socrate bla bla bla, selon Platon bla bla bla, selon Kant bla bla bla. » Et ça, les profs détestent. :(

C'est pourquoi ils insistent généralement beaucoup sur la problématique, censée être formulée en introduction. Cela veut dire que, pour présenter plein d'arguments qui répondent à une question donnée sans que ça ressemble au catalogue La Redoute, il faut qu'il y ait une logique, qu'on ait l'impression que vous réfléchissez et qu'en réfléchissant, comme par hasard, vous passez d'une idée à l'autre.

Du coup la copie devra ressembler à un truc du genre : « Dépend-il de nous d'être heureux ? Tiens, à première vue, il semble que... [et ici, paf, l'idée de Platon, ou de qui vous voulez]. C'est d'ailleurs ce qu'explique [Platon, ou un autre] dans [tel livre]. Par exemple, [et ici un exemple]. Mais ce n'est pas toujours vrai, car [et ici une critique de l'argument, ou un contre-exemple]. Il faudrait donc plutôt dire que [paf, on introduit la seconde idée], c'est d'ailleurs ce que pense [Aristote, ou un autre]. » Etc, etc.

Le point vraiment essentiel pour éviter le catalogue et avoir une vraie réflexion, c'est qu'il faut que le passage d'un argument à un autre soit toujours justifié, généralement par la réfutation ou une critique suffisante de l'argument précédent. C'est véritablement ça, le moteur qui fait avancer la réflexion. Imagination (pour trouver une nouvelle idée) et critique (qui oblige à en chercher une autre) sont les 2 jambes indispensables pour faire « marcher » votre réflexion.

Et finalement : « Nous arrivons donc à l'idée que le bonheur dépend de nous [ou n'en dépend pas, ça c'est comme vous voulez], comme l'ont montré [les Stoïciens] par les arguments que nous avons évoqués. »

Conclusion : vous êtes parfaitement libres de faire dire à votre dissertation ce que vous voulez. Il n'y a pas de bonne ni de mauvaise réponse. Il faut seulement passer par les arguments philosophiques que vous apprenez en cours ou que vous trouvez dans les livres (ou sur ce site ;)). Mais vous les arrangez comme vous voulez, et vous pouvez même terminer par une idée personnelle, à vous (mais en général, la réponse, surtout à une question fermée, a déjà été proposée par quelqu'un ; votre originalité sera surtout dans certains arguments et dans l'agencement de votre propos.).

Voilà ! J'espère que ces tuyaux pourront vous être utiles. Avec ça si vous n'avez pas 18, je sais pas ce qu'il faut faire...

Forum      Contact

Il y a actuellement 21 visiteurs connectés sur ce site ! C'est le rush.

© Jean Paul - Tous droits réservés